Angèle Peyrade

Elle débute sa formation  en suivant les Cours Florent (Jérôme Dupleix, Sarah Siré et Thibault de Montalembert et Michel Durand en danse Modern jazz), divers cours de danse (la Ménagerie de verre), et obtient une licence d’études théâtrales à l’université Paris III (Christine Farrenc, Anne Surgers, Julia Gros de Gasquet, Myriam Tanan, Anne Longuet-Marc.)

 

Elle commence en 2010 un master sur le théâtre jeune public sous la direction de Joseph Danan, elle approfondit sa pratique de la danse contemporaine avec Lyse Seguin, celle du théâtre avec Claude Duparfait (à l’atelier du Lundi du théâtre de la Colline 2010/2011) et auprès du Théâtre du Mouvement. Elle est assistante à la mise en scène pour la Compagnie La Rousse (Nathalie Bensard) depuis 2 ans, et s’investit tour à tour en tant que comédienne, danseuse, dramaturge ou metteur en scène dans les créations de deux jeunes compagnies : le Collectif de la salle 16 et l’Ensemble Esprits libres.

 

Elle écrit et monte son premier spectacle, L’histoire du village sous un quartier de Lune, en 2012. Très portée sur le théâtre allemand, elle a par la suite monté des textes de Botho Strauss, Heiner Müller et Marius Von Mayenburg. Elle joue comme actrice pour Jérémy Ridel dans La Fausse Suivante.

Photographies © Adrien Regard

Pierre Koestel

Après des études de lettres modernes à l'Université Sorbonne-Nouvelle et une formation en art dramatique au conservatoire du XI° arrondissement de Paris, il commence à s'intéresser à l'écriture pour le théâtre. En 2013, il intègre la première promotion du master de Création Littéraire de l'Université Paris VIII (créé par Olivia Rosenthal et Lionel Ruffel, et marrainé par Maylis de Kerangal) puis, entre, en 2015, dans le département Écrivain dramaturge de l'ENSATT (dirigé par Enzo Cormann et Samuel Gallet).

Depuis 2011, il joue dans les créations de Jérémy Ridel, (La Fausse suivante d'après Marivaux, Casimir et Caroline d'Horváth) et les spectacles d'Angèle Peyrade (Le Parc, d'après Botho Strauss et Quartett de Heiner Müller).

Entre 2013 et 2015, il est responsable du comité de lecture de la revue Le Bruit du monde, créée par Pauline Peyrade.  Depuis 2016, il fait partie du GRATT Ensemble, qui œuvre à la mise en place d'événements artistiques autour de la représentation des genres dans le spectacle vivant.

En 2018, il écrit Crue (anticipation climatique), une pièce collective mise en scène par Jean-Pierre Baro et participe à la dramaturgie du spectacle(!!!) mis en scène par Pierre Meunier et Marguerite Bordat. Ces deux spectacles sont présentés dans le cadre des ateliers de fin d'études de l'ENSATT. La même année, il adapte Les Métamorphoses d'Ovide, enregistré en direct par France Culture lors de la 72è édition du Festival d'Avignon et entame également une collaboration avec l'Anima Compagnie, à Laval, autour de l'écriture d'une pièce tout public, adaptée du conte deCendrillon.

Photographies © Adrien Regard

Laure Prioul

Photographies © Adrien Regard

Daniel Monino

Il apprend le jeu d’acteur auprès de Claude Duparfait en 2009 à L’Université Paris 3, puis en 2010 au Théâtre National de la Colline, ainsi que dans une école privée. Le Théâtre National de la Colline l'intègre comme stagiaire dans son programme de formation. Il suit ainsi le spectacle Six Personnages en quête d’auteur dans la mise en scène de Stéphane Braunschweig  en 2012, puis l'année suivante un atelier d'écriture et de jeu avec les populations en difficultés du XXème arrondissement dirigé par Stanislas Nordey.Il crée et co-dirige l’Ensemble E.L. de 2010 à 2016 avec Jérémy Ridel et Angèle Peyrade. Il y crée plusieurs spectacles, (...)Je meurs comme un pays(...) en 2010, ±4 Fables en 2011, Antidote en 2014 et Rédemption en 2016. Il joue au sein de la compagnie Full Frontal Theater, sous la direction de Jérémy Ridel : Tryptique Marivaux  entre 2011 et 2015, Casimir et Caroline en 2016 et en 2018 [The untitled F project].

 

En 2011 il crée le festival Théâtre En Liberté, destiné à la jeune création émergente. Entre 2011 et 2016, le festival a rassemblé un large public et de nombreuses compagnies à travers l’Europe. C'est dans cette compagnie que se prépare sa prochaine création : Le lieu qui n'existe pas. Depuis 2015 il intervient au sein du projet Education et Proximité organisé par le Théâtre National de la Colline comme intervenant artistique. Il anime plusieurs ateliers théâtre dans la région de Montpellier.

Dans le cadre du Festival TRANSFORMES © Joseph Banderet. 

Simon Rembado

Simon Rembado sort du CNSAD en 2016. Il y a suivi les cours de Xavier Gallais, Nada Strancar, Sandy Ouvrier et Daniel Mesguich, et y a travaillé avec Wajdi Mouawad et Thomas Ostermeier. Auparavant, il a passé quatre ans dans la classe de François Clavier au conservatoire du 13è arrondissement, a fait partie de l’atelier dirigé par Sharif Andoura au théâtre national de la Colline, et suivi les cours d’Elisabeth Tamaris. 

 

Il a été stagiaire en mise en scène sur les répétitions de deux spectacles à la Colline, Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès (mise en scène de Michael Thalheimer) et Danse "Delhi" d’Ivan Viripaev (mise en scène de Galin Stoev). Il a mis en scène Loth et son dieu de Howard Barker, La Mariane de Tristan L’Hermite, Emilia Galotti de Gotthold Ephraïm Lessing, Léonie est en avance de Georges Feydeau, des formes courtes et des spectacles jeune public. Il mettra en scène Les rats de Gerhart Hauptmann en 2017.Il a notamment joué Lélio dans La Fausse Suivante de Marivaux, mise en scène de Jérémy Ridel. Cette année, il a joué dans Das ist die Galerie, mise en scène de Linda Duskova, d’après Paysage sous surveillance de Heiner Müller, et prépare le rôle de Jean dans Mademoiselle Julie d'August Strindberg, mise en scène de Jérémy Ridel.

Photographies © Adrien Regard

Antoine Prud'homme de la Boussinière
Après un master d'histoire, il intègre le Conservatoire Régional de Lyon, avant d'entrer au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique (promo 2016) où il est actuellement en deuxième année. Il a travaillé au sein de ces deux écoles sous la direction de Laurent Brethome, Murielle Vernet, Pierre Kuentz, Philippe Sire (Lyon) et Sandy Ouvrier, Tatiana Frolova, Stuart Seide, Mario Gonzalès, Xavier Gallais ou Daniel Martin (CNSAD). Il a notamment joué dans des mises en scène de Simon Bourgade ( « Invite à l'Amour », librement inspiré de Belle du Seigneur de Albert Cohen), Gaëlle About (« La Maladie de la Famille M » de Fausto Paravidino), Simon Rembado (Emilia Galotti de Gotthold Ephraïm Lessing, Les Rats, d’après Gerhart Hauptmann), ou encore Matthieu Huot (« Britannicus Follies », inspiré de Britannicus de Racine).
Charlotte Berthemet​

Après un an d'études au Canada et une licence de Lettres modernes - Parcours théâtre à l'Université de Nantes, Charlotte suit un an de formation en Cycle III au CRR d'Angers, avant d'intégrer le Cycle spécialisé du Conservatoire de Nantes pour deux ans. L'occasion de travailler avec Marie-Laure Crochant, Guillaume Gatteau, Virginie Fouchault, Monique Hervouët et Alexis Armengol. Pour son DET en juin 2014, Charlotte met en scène A Cream Cracker Under the Settee, un monologue des TalkingHeads d'Alan Bennett.

En parallèle, elle a été comédienne pour plusieurs compagnies nantaises, dont la Comédie Camée Chapelet et Rouge à Peine pour la création de deux spectacles, présentés au TU de Nantes et au Festival d'Aurillac ; et la Cie Je reste, avec qui elle a joué Outrage au public de P. Handke au Théâtre Mansart de Dijon, m.e.s. Aurélie Mazzéo. Avec cette même compagnie elle participe au projet Facing the World, échange et travail performatif entre comédiens, danseurs et musiciens européens ; performance proposée en 2015 à Tbilissi (Géorgie) et renouvelée avec une autre équipe en 2017 à Cluj (Roumanie).

Charlotte poursuit sa formation en participant à plusieurs stages : le workshop Non-acting Acting for the performer de Davis Freeman au Musée de la danse de Rennes, le stage de jeu Inside Sarah Kane dirigé par Urszula Mikos à la MC11 de Montreuil, ainsi que deux Doing by Doing (DbD) avec le Love Labo de Nathalie Broizat à la Fondation des E.-U. de Paris. Elle retrouve Urzsula Mikos pour son Marathon Shakespeare présenté au CDN de Montreuil en 2017.

En 2014 elle participe au Festival Théâtre en Liberté, où elle rencontre l'Ensemble Esprits Libres. L'été suivant, Angèle Peyrade la dirigera dans Les Filles de Lear (petite forme créée pour le festival TEL#5) et Jeremy Ridel dans son Cabaret. 

En 2018, Charlotte joue dans le court-métrage de Clément Salzedo 40 000 Mouches, et elle poursuit son travail avec Angèle Peyrade pour la création en 2019 de Malgréles morts, j'aurais voulu une fin heureuse (cie Le Sens Opposé).

Mais aussi Marie Coustaury, Jean-Charles Guichardot, Sarah Salles, Manon Rafaelli, Clémence Zrida, Marie-France Roland, Jeanne Didier ...